Parti socialisteParti Socialiste EuropéenLes Jeunes SocialistesLa coopol

Journée mondiale des réfugiés : face aux carences persistantes, (ré)agir enfin…

21-06-2016

Communiqué de presse du lundi 20 juin 2016, de Marie-Laure Fages, secrétaire nationale du PS aux Droits de l’homme et à l’Humanitaire

Depuis 2001, sur décision de l’Assemblée générale de l’ONU, le 20 juin marque la Journée internationale des réfugiés. Force est de constater qu’une réponse globale, tant au niveau européen que mondial, peine à être apportée face à un phénomène qui devrait encore durer.

Entre discours xénophobes et relents nationalistes, manque de moyens et/ou de volonté, les États peinent décidément à offrir une réponse solidaire et humaine au défi d’accueil et d’intégration qui leur est posé.

Malgré la persistance des drames qui se jouent à ses portes, l’Union européenne ne parvient à faire émerger une politique commune, relevant d’une approche globale, solidaire et de long terme, en raison des antagonismes et des refus de certains États membres. Dans ce contexte et près de deux mois avant la tenue d’une Assemblée générale onusienne dédiée à cette question, le Parti socialiste et le Parti socialiste européen organiseront, le 8 juillet, une conférence destinée à esquisser un véritable programme d’actions progressistes en la matière.

Il y a urgence à agir pour l’édification et la promotion d’une politique commune globale, renouant avec les valeurs initiales et l’esprit de solidarité qui ont guidé le projet européen. Le Parti socialiste appelle à une politique qui remette en lumière nos principes, qui réintroduise perspectives, prospectives et éléments pratiques.

Agir pour la ruralité, relever le défi de l’égalité

26-05-2016

Communiqué de presse du 20 mai 2016 de  : André Viola, secrétaire national du Parti Socialiste en charge du pôle Justice Sociale et Cohésion Territoriale, Nadège Azzaz, secrétaire nationale à l’Égalité Territoriale, Dominique Potier, secrétaire national à la Ruralité

Le Gouvernement tenait ce vendredi à Privas un troisième comité interministériel aux ruralités. Son objectif est clair : renforcer la dynamique créée en faveur de la ruralité et relever le défi de l’égalité entre les territoires en poursuivant l’offensive menée à Laon en mars 2015 et Vesoul en septembre dernier.

Depuis 2012, dans les territoires ruraux, le Gouvernement s’emploie à faciliter l’accès aux services publics, à lutter contre les déserts médicaux et le mal logement, la fracture numérique et éducative, à favoriser la mobilité. Lors des deux précédents comités interministériels, 67 mesures ont été annoncées, elles ont toutes été lancées et 31 ont déjà dépassé leur objectif.

Ainsi en matière de santé, les 1 750 contrats d’engagement de service public programmés ont été signés pour l’installation de jeunes praticiens dans les territoires fragiles et les objectifs sont revus à la hausse avec 800 contrats supplémentaires. Le Gouvernement annonce 600 nouvelles maisons de santé pluriprofessionnelles d’ici 2018 en complément des 798 déjà en activité (174 en 2012).

Les 1000 maisons de services au public annoncées seront ouvertes d’ici fin 2016. Afin de continuer dans cette dimension de rapprochement des services du public éloignés des opérateurs, ce sont 1 000 postes de facteur-guichetier qui vont être créés. Leur mission s’appuie sur la force de l’implantation territoriale de La Poste et permet à celle-ci de s’engager encore davantage dans la diversification nécessaire de ses métiers au service des populations.

Concernant l’école, 50 millions d’euros seront investis pour développer les usages du numérique dans les écoles rurales. Le Gouvernement souhaite également aider les communes rurales à développer des activités périscolaires de qualité.

Le Gouvernement poursuit également ses efforts pour accélérer un meilleur accès au numérique, essentiel au développement des circuits courts en agriculture. Le plan de résorption des zones blanches de téléphonie mobile dans les centres-bourgs sera achevé en 2017.

Pour mieux fédérer les énergies locales, un contrat de ruralité sera signé avec les intercommunalités ou les pôles d’équilibre territoriaux et ruraux. Il durera six ans et devra déterminer les mesures les plus utiles.

Le Parti socialiste se félicite de ces mesures qui participent à la réduction des inégalités territoriales. Sortir de la vision passéiste de la ruralité des gouvernements de droite, proposer une politique publique d’égalité et de liens composée de dispositifs concrets, c’est ce que propose ce comité interministériel.

Primaire de la gauche et des écologistes

10-04-2016

Résolution du Conseil National du Parti Socialiste du samedi 9 avril 2016

Le Parti socialiste a été saisi par les initiateurs de l’appel « Notre primaire » de leur souhait d’organiser une primaire de toute la gauche et des écologistes.

Le Parti socialiste les a reçus, leur a fait part de son souhait, conforme aux statuts, d’une primaire citoyenne sans préalable et sans préjugés, rassemblant toutes les gauches pour battre la droite et l’extrême droite qui ne peuvent représenter un avenir pour la France.

Au dernier conseil national du 6 février 2016, le Parti socialiste a réaffirmé son accord pour la primaire. Il a désigné une commission interne et a décidé de s’intégrer au collectif unitaire de préparation de la primaire.

Le Parti socialiste a associé toutes ses sensibilités à cette démarche. Il a défendu l’idée que la primaire, pour être efficace et praticable, devait ne pas exclure dans son organisation en termes de date et de modalités de débat, la possibilité que le Président de la République, François Hollande, puisse se présenter s’il le souhaite.

Pour ce qui le concerne, le Parti socialiste décidera dans l’esprit de pluralité, des modalités de candidature à la candidature à la primaire citoyenne lors d’un Conseil national au mois de juin.

Le comité d’organisation « Notre primaire » a décidé de lancer des débats citoyens, qui seront la première étape de la primaire. Le Parti socialiste y participera. Ces débats irrigueront le débat de la primaire.

Le débat de cette primaire devra se dérouler selon un temps suffisant pour permettre la mobilisation du plus grand nombre de citoyens.

Le Parti socialiste suggère un vote durant la première quinzaine de décembre.

Le Parti socialiste réaffirme sa volonté de voir la primaire de toute la gauche aboutir. Il rejette toute tentative de lui fixer un périmètre excluant a priori une des sensibilités de l’ensemble de la gauche. Il demande simplement que les candidats, et les partis qui les soutiennent, s’engagent à soutenir le gagnant.

Les socialistes remettent à flot la croissance bleue

05-02-2016

Communiqué du Parti socialiste du jeudi 4 février 2016

Le Parti socialiste se félicite de l’adoption à l’Assemblée Nationale de la proposition de loi sur l’économie bleue portée par Arnaud Leroy. Elle témoigne de l’importance que les socialistes accordent au secteur maritime et à ses attentes.

C’est la modernisation de tout un secteur qui se concrétise, avec des procédures administratives simplifiées et une gouvernance des ports rénovée. Fort d’un souci de protection sociale renforcée et de compétitivité accrue, les socialistes ont pris des mesures tant pour améliorer l’employabilité et le statut des gens de la mer, que l’attractivité du pavillon français dans son ensemble et les activités spécifiques comme l’aquaculture.

Tenants de la social-écologie, les socialistes ont nécessairement inclus une dimension environnementale à cette proposition de loi, avec un soutien apporté aux énergies marines renouvelables et une attention apportée à la qualité des eaux.

Le Front national contre l’art contemporain

05-02-2016

Communiqué de presse du mercredi 3 février 2016 de David Assouline, secrétaire national du PS à la Culture et à l’Audiovisuel 

Le Parti socialiste apporte son soutien aux artistes du ballet « Tragédie » actuellement à l’affiche de l’Arsenal de Metz suite aux propos de Françoise Grolet, conseillère municipale du Front national.

En affirmant sur un site Internet : « Danseur-e-s, devrais-je dire, tant il est difficile d’ignorer leur morphologie. Preuve, au passage, que Dame Nature est moins égalitaire que la République socialiste (…). Chez certains adultes, le stade anal, attesté par Sigmund Freud chez l’enfant de 2-3 ans, peine à être dépassé » cette élue témoigne une fois encore de la profonde détestation de ce parti d’extrême droite contre les artistes et  la culture contemporaine.

On se souvient en effet de la campagne de dénigrement organisée par le Maire du 7ème arrondissement de Marseille, Stéphane Gravier, contre  l’exposition Berlinhard à la Friche de la Belle-de-Mai, qualifiée « d’art pédophile ». Ou encore des propos de la députée Marion Maréchal-Le Pen, expliquant lors de l’Université de son parti « Dix bobos qui font semblant de s’émerveiller devant deux points rouges sur une toile, car le marché de la spéculation aurait décrété que cet artiste avait de la valeur, n’est pas franchement ma conception d’une politique culturelle digne de ce nom. […] Nos monuments, notre histoire pétrifiée doivent être au cœur du projet régional.».

Les dégradations perpétrées contre l’œuvre de Kapoor à Versailles, les manifestations contre l’exposition du photographe Olivier Ciappa… viennent en écho à ces propos qu’elles encouragent.

Le Front National montre là encore son vrai visage, celui d’un parti qui veut mettre au pas la culture, interdire des artistes et censurer les œuvres qu’il ne comprend pas. Contre ces tentatives de censure qui affaiblissent la culture et s’emploient à museler l’Art, le Parti socialiste défend « l’exception culturelle » qui permet à la création de s’exprimer dans toute sa diversité.

« La création est libre », et sa diffusion aussi,  c’est ce que le Parti socialiste défendra à nouveau dès mardi au Sénat dans le cadre du débat sur la loi « Création et Patrimoine » présentée par Fleur Pellerin.

Grâce présidentielle pour Jacqueline Sauvage : Le Parti socialiste salue cette décision d’humanité

02-02-2016

Communiqué du Parti socialiste du Dimanche 31 janvier 2016

Le Parti socialiste se félicite de la grâce partielle accordée ce dimanche 31 janvier, par François Hollande à Jacqueline Sauvage.

Par cette remise gracieuse de peine d’emprisonnement, le Président de la République a répondu à la mobilisation en soutien à Jacqueline Sauvage en faisant preuve d’humanité face à une situation particulièrement dramatique. Cette décision ouvre la voie à la libération de Jacqueline Sauvage qui pourra présenter immédiatement une demande de liberté conditionnelle, et retourner au plus vite auprès de sa famille.

Si, dans l’état du droit, la légitime défense n’a pu s’appliquer aux violences conjugales subies toute sa vie par Jacqueline Sauvage, il appartenait de tenir compte de la réalité des sévices physiques et psychologiques endurés par cette femme et ses filles.  Cette décision doit notamment amener à s’interroger sur les réponses juridiques qu’il convient d’apporter à de telle situation.

Le Parti socialiste est mobilisé avec le gouvernement contre toutes les formes de violence et rappelle que chaque année, plus de 200.000 femmes se déclarent victimes de violences conjugales, mais à peine 16% déposent plainte.

Voeux 2016 de la Section PS du Jarnisy

24-01-2016

Voeux PS 2016_1

Hier soir se sont tenus les vœux de la Section PS du Jarnisy, en présence notamment de Rachel Thomas, Conseillère régionale, de Jean Toniolo, Secrétaire du Secteur PS du bassin de Briey, et de Claude Gabriel, Secrétaire de la section de Briey.

Après être revenue sur les évènements qui ont marqué l’année 2015 et aux conséquences à en tirer – attentats terroristes, montée du Front National, mais aussi l’accord de la COP21 – la Secrétaire de la Section PS du Jarnisy (Céline Henquinet) a insisté sur la nécessité de remettre en question nos pratiques politiques, de ne pas renoncer à nos fondamentaux, et en particulier sur la nécessité de faire vivre la laïcité qui est l’un des piliers de notre République et de notre vivre ensemble.

Elle a emprunté sur ce thème les mots de la Tribune du numéro spécial de Charlie Hebdo paru ce 6 janvier 2016, un an après les attentats :

« Ma laïcité est de gauche et elle le restera. Elle est autant que possible affranchie de morale religieuse, elle protège les libertés individuelles, elle inclut, elle est égalitaire et fraternelle parce qu’elle ne voit pas les différences. Elle est exigeante, car à défaut elle ne veut plus rien dire.

Ma laïcité est un rêve de métèque, un délire de fils d’immigré pauvre aux références culturelles et cultuelles minoritaires, un bouclier contre le racisme, un fantasme de France où tout est possible sous condition de mérite plutôt que de naissance, une illusion de normalité, ce qui n’est déjà pas si mal. Cette idée est mon pays.

Peut-être est-elle devenue un esthétisme, un combat perdu et mélancolique que je continuerai à défendre avec d’autres enfants venus d’ailleurs, car, pour nous, il n’y a pas d’espoir d’égalité en dehors de sa protection.

Des caricatures de Mahomet à l’incendie de Charlie, de la saga Baby-Loup à tant de combats pour défendre ceux qui devenaient des « laïcards » ou « laïcs intégristes », une partie de la gauche s’est retrouvée abandonnée par ses porte-parole sur ce territoire situé au cœur de notre contrat social, qui se désagrègera si la République n’en préserve pas les frontières.

Ainsi, pour certains, la laïcité consiste-t-elle dorénavant à accepter les accommodements raisonnables de la République aux religions plutôt que de réclamer des accommodements raisonnables des religions à la République. (…) Pour la gauche, la facilité consisterait, une fois de plus, à ne pas trancher entre les différents sens du mot laïcité. Certains estiment qu’il est déjà trop tard pour provoquer ce débat. Pourtant, sans cette clarification, à gauche, nous n’aurons guère avancé sur le chemin de la restauration d’une transcendance, d’un récit et d’un rêve commun ». Fin de la citation.

Elle a conclu par une autre citation, celle-là de celui qui permis l’arrivée de la gauche au pouvoir et qui nous a quitté il y a 20 ans, le 8 janvier 1996 : François Mitterrand. La citation est extraite de son ouvrage « Ma part de vérité », qui date de 1969, mais qui n’a pas pris une ride… « La gauche n’a pas d’efficacité dans le déni d’elle-même. Sans morale politique, elle est pire que la droite puisqu’elle trompe l’espérance ».

Nous vous remercions encore de votre présence nombreuse à ces vœux, et vous souhaitons une très bonne année 2016 !

 

 

Le Parti socialiste s’associe au Martin Luther King Day

18-01-2016

Communiqué du Parti Socialiste

A l’occasion du 30e anniversaire de l’instauration de la journée de Commémoration de Martin Luther King (1929-1968) qui a lieu chaque troisième lundi de janvier aux Etats-Unis, le Parti socialiste s’associe à ce moment où les citoyens des Etats-Unis se souviennent des sacrifices et de la route qu’il reste à accomplir dans le combat pour les Droits civiques.

Bien que Martin Luther King soit aujourd’hui un symbole de paix pour lequel il a donné sa vie, son combat reste d’actualité y compris en France où la lutte contre toutes les formes de discrimination, le racisme et le sexisme sont encore aujourd’hui d’une cruelle actualité.

Le rêve d’une société où l’égalité entre hommes et femmes, quelques soient leur couleur, leurs origines, leur accent, leur nom de famille ou leurs croyances est encore à réaliser. Les préjugés ont la peau dure. Des milliers de nos concitoyens en font la cruelle expérience quand il faut trouver un logement ou un emploi.

Quand cette journée fut imaginée, il s’agissait de souligner l’importance du mouvement syndical dans le combat contre le racisme et les autres formes de discrimination. Nous croyons aujourd’hui, que l’engagement sans relâche du mouvement social et des élus sont le meilleur soutien de ces milliers de personnes qui affrontent les préjugés en silence et qui ne bénéficient pas toujours des faveurs des médias. On ne peut regretter et condamner l’obsession de l’identité et ne pas s’atteler au combat pour l’égalité. On ne peut se désoler des logiques communautaires sans militer pour une société plus égalitaire dans laquelle chacun a les mêmes droits et les mêmes devoirs.

Le Parti socialiste sera toujours au côté de ceux qui luttent pour l’égalité et contre toutes les formes de discrimination.

Attentats à Paris : La France est de nouveau frappée par l’horreur

14-11-2015

Communiqué de presse du Parti Socialiste

Ce soir, la France est de nouveau frappée par l’horreur.

Aucun mot ne suffit à exprimer l’émotion du Parti socialiste, et de l’ensemble des Français, dans ce moment dramatique.

Nos pensées sont tournées vers les victimes, leurs familles et vers tous nos concitoyens. C’est notre communauté nationale, c’est la République, c’est la France qui est ce soir la cible de ces actes terroristes.

Les socialistes s’associent au message fort délivré par le Président de la République, et aux décisions prises pour répondre à ces attaques.

A notre tour, nous appelons à l’unité et suspendons la campagne électorale. Nous renouvelons notre pleine confiance dans l’engagement des forces de sécurité pour faire face à ces événements.

_______________________________________

Déclaration de Jean-Christophe Cambadélis, 1er Secrétaire du Parti Socialiste

La France en guerre vient de subir une épreuve de guerre.

Un assassinat de masse a été programmé par l’armée terroriste Daesh.

Il marque après la Turquie, le Liban et l’Egypte, la volonté de mondialiser la terreur.

La France paie un lourd tribut avec plus de 120 morts et des centaines de blessés.

La France pleure ses morts, c’est le temps du recueillement.

Notre peine est immense, nous pensons aux victimes et nous adressons aux familles notre compassion et notre solidarité. Nous pensons aussi aux blessés qui, à l’heure actuelle, luttent avec courage.

Ces lâches attaques, aux modes opératoires multiples, visant de multiples cibles, ont été menées de nuit, compliquant le travail des secours et des forces de sécurité auxquels nous voulons rendre hommage pour leur engagement et leur détermination.

Le monde entier a manifesté sa solidarité. Dans l’épreuve, la France n’est pas seule.

Le Président de la République, François Hollande, a réagi rapidement et avec fermeté, décrétant l’état d’urgence, le contrôle aux frontières et un deuil national de trois jours.

Nous soutenons les mesures d’exception décidées. Elles en appellent d’autres. Le Président de la République s’exprimera devant la représentation nationale réunie en congrès lundi.

Devant l’épreuve, j’en appelle à la concorde nationale. Je remercie le président Nicolas Sarkozy et tous les responsables politiques d’apporter leur concours à cette union. Chacun, avec sang froid, mesure et esprit de concorde, doit apporter son soutien sans faille à la défense de la République. C’est ce que les Français attendent.

Nous appelons les Français qui montrent une fois de plus leur dignité dans le drame à faire bloc, tout en sachant que la démocratie doit être plus forte que la terreur.

Vive la République et vive la France.

____________________________________________

Communiqué de presse de Bertrand Masson, Premier Secrétaire Fédéral du PS Meurthe-et-Moselle

Le terrorisme a frappé hier la France, avec une violence inouïe, inédite.

L’effroi immédiat a laissé place à la solidarité avec les victimes et leurs familles, à qui aujourd’hui et avant tout, nous pensons.

Comme l’a indiqué le Président de la République, l’unité de la Nation et la détermination à combattre le terrorisme, ici comme ailleurs, là où il prospère, permettront de relever le défi immense qui est devant nous.

Nous rejetons par ailleurs fermement tous les raccourcis faciles, les généralisations hâtives, les stigmatisations honteuses.

Nous sommes aujourd’hui tous des Républicains rassemblés qui ne faibliront pas, qui ne céderont pas, qui continueront à agir pour défendre et faire vivre nos valeurs communes : Liberté, Égalité, Fraternité.

 

 

 

100 millions en plus pour l’université en 2015 : une décision très positive pour la réussite de tous les étudiants

29-09-2015

Communiqué de presse du lundi 28 septembre 2015 de Isabelle This-Saint-Jean, secrétaire nationale du PS à l’enseignement supérieur et à la recherche, et de Sandrine Doucet, secrétaire nationale adjointe aux universités

En déplacement à Avignon ce lundi, le Premier Ministre Manuel Valls – accompagné de la Ministre de l’éducation Nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Najat Vallaud-Belkacem et du Secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur et à la Recherche, Thierry Mandon – a annoncé une rallonge budgétaire de 100 millions d’euros en faveur du programme Vie étudiante de la Mission Interministérielle Recherche et Enseignement Supérieur (MIRES) pour 2015.

Cette inflexion, que le Parti socialiste demandait depuis longtemps, est un signal très positif en direction de l’enseignement supérieur et de la recherche, secteurs majeurs pour l’avenir et le rayonnement de notre pays. Elle doit permettre de favoriser la réussite de tous les étudiants en améliorant leurs conditions de vie et d’études.

La semaine dernière, en visite de rentrée à Saclay, le Président de la République, François Hollande, avait annoncé  l’abondement à hauteur de 10 milliards d’euros supplémentaires du Programme d’Investissements d’Avenir et affirmé son ambition « d’amener 60% d’une classe d’âge à un niveau d’enseignement supérieur d’ici dix ans ».

Ces annonces témoignent concrètement du volontarisme du Gouvernement pour faire de la jeunesse et de son avenir la priorité première du quinquennat.

 

Cop 21 : Le Parti socialiste s’engage pour la social-écologie

29-09-2015


Communiqué de presse du Parti Socialiste du 26 septembre 2015

Au moment où le Président de la République, François Hollande, intervient devant l’Assemblée générale des Nations pour rappeler les enjeux climatiques, et à quelques semaines de l’ouverture de la COP21, le Parti socialiste lance une plateforme numérique pour comprendre, débattre et agir pour le climat.

C’est dans une dynamique d’échange que ce site à été pensé et construit. Le Parti socialiste veut en effet s’ouvrir encore d’avantage et redonner toute sa place au débat citoyen, en particulier quand il s’agit d’enjeux aussi absolus que le réchauffement climatique, les changements de modèles de production et de consommation et la qualité de vie. C’est une nouvelle façon de faire de la politique, une nouvelle façon de l’appréhender et de renouveler les rapports entre le PS et nos concitoyens.

Ces défis nous engagent tous, nous concernent tous et doivent nous rassembler.
Rendez-vous sur  : social-ecologie.parti-socialiste.fr

Nicolas Sarkozy et les quartiers populaires : Après le Karsher, le crachat

29-09-2015

Communiqué de presse du 26 septembre 2015 de Samia Ghali, secrétaire nationale du PS au logement, à la ville et aux quartiers populaires, de Marie Colou, secrétaire nationale adjointe à la politique de la ville, et de André Viola, secrétaire national à l’égalité territoriale.

Dans des propos rapportés par Atlantico, Nicolas Sarkozy aurait déclaré devant un think tank libéral que « les banlieues doivent arrêter de culpabiliser la France » et dans une outrageuse comparaison, que la souffrance est aussi forte chez les ruraux qui, eux, « n’ont pas brûlé les abribus et pourtant crèvent».

Nicolas Sarkozy avait habitué les Français, lors de son passage au ministère de l’intérieur puis à l’Elysée, à de nombreux propos outranciers à l’égard des habitants des quartiers populaires. Cette stratégie désormais connue, vise à diviser le pays pour mieux flirter avec l’extrême droite. Elle provoque de nombreux dégâts dans l’opinion et dans l’image que les Français ont des quartiers populaires.

Cette stratégie de stigmatisation masque aussi le bilan désastreux de la droite, qui n’a jamais réussi à redonner de l’espoir aux habitants des quartiers populaires comme à ceux des zones rurales, et à répondre à leurs attentes.

Une fois de plus, avec Nicolas Sarkozy, « comparaison n’est pas raison »… Les banlieues comme les territoires ruraux, sont des territoires pleinement ancrés dans notre République, et doivent être soutenus par les pouvoirs publics.

Le gouvernement s’y emploie en proposant des mesures concrètes comme celles qu’il a présentées lors des comités interministériels ruralités d’une part, égalité et citoyenneté d’autre part.

Comme chef de parti « républicain », Nicolas Sarkozy a le devoir d’apaiser les conflits et non de les attiser. A minima, nous attendons donc qu’il s’excuse auprès des habitants des quartiers populaires pour ses propos.